Peter Pan à Paris (Jacques Dutronc) mp3 jacquesdutronc.mp3

copiedelammelanuit.jpg
Ballade Parisienne

Les vacances parisiennes sont terminées…

5 heures de TGV et me voilà rentré au fin fond de mon Sud-Est.

Oui 5 heures tout de même. Vous le savez sûrement, le TGV fait un exploit entre Paris et Marseille et puis, comme un sportif de haut niveau après un effort intense, il faut décontracter les muscles, et continuer en foulées légères. Il a donc choisi de délasser ses bielles entre Marseille et Nice. Il parcourt ainsi les derniers 200 Kms en plus de 2 heures. Vous me direz, c’est les 200 plus beaux, donc on a le temps d’apprécier.

Vous avez compris, je viens du Sud et par tous les chemins j’y reviens…

Bon, alors quand même deux petits mots sur Paris. La capitale vaut bien ça.

D’abord, il fait froid, pour de vrai, c’est pas des blagues. La tenue vestimentaire change du tout au tout, Pour les gens du Sud, c’est un peu comme lorsque l’on revient des Caraïbes en chemise à fleurs, les Tongs et les mollets encore ensablés, le short du surfeur branché et les papilles encore imprégnées des douces saveurs d’un cocktail local et que l’on se plonge instantanément dans un congélateur (pour ceux qui suivent le mien est toujours en panne) C’est à ce moment précis que l’on regrette le bon vieux caleçon molletonné du grand-père avec le « tricot de peau » manche longue triboélectrique à chaleur active vu dans le dernier catalogue automne / hiver de chez Damart. Le look en prend un coup, mais c’est pas grave…

Enfin, une fois ce premier choc thermique encaissé, on ouvre grand les yeux. Vous venez de pénétrer dans une gigantesque fourmilière. Des milliers d’individus de toutes les couleurs venus de tous les coins de la planète se suivent, se croisent, se bousculent dans un rythme effréné. Vous avez quitté votre petite province, avec vos petits repères, vos petits quartiers. A Paris vous êtes un citoyen d’Europe; que dis-je d’Europe, vous êtes un citoyen du Monde.

Une fois ce deuxième choc culturel apprécié, on flâne, on savoure, on s’émerveille et on se plait à croire que sur cette planète il n’y a pas de raison pour que l’on ne vive pas tous ensemble dans la joie et dans la tolérance.

Et puis, le rythme s’accélère, vos pas emboîtent ceux des autres et au bout de quelques minutes vous vous surprenez à courir comme tout le monde.

Eh! … Oh! … C’est les vacances tout de même…

Je connais Paris. J’y ai même vécu un an. Mais c’est toujours avec le même émerveillement que je découvre au détour d’une rue pavée, un nouveau petit café, vous savez ces cafés où l’on a envie de passer des heures à attendre celle que l’on aime. (Oui c’est toujours les hommes qui attendent) Paris c’est la ville des amoureux et puis c’est comme ça…

copiedecanalstmartin.jpg
canalstmartin2.jpg

Canal St Martin
lecassecroute.jpg

copiedep1000053.jpg
L’heure du casse croute

Paris c’est aussi la ville des SDF.

Avant on disait clochards, comme on dit aussi des mal- voyants, à la place d’aveugles… Personnes à mobilités réduites à la place d’ handicapés… Enfin seul le vocabulaire change. Les conditions sont toujours aussi pénibles pour ceux qui les vivent.
Et là, vous prenez une claque. C’est vrai qu’ils sont nombreux à Paris les SDF, A tous les coins de rue, à la sortie des magasins, à l’entrée des bouches de métro. Bon d’accord, je ne suis pas allé dans le XVIème. Pour y faire quoi d’abord? Le XVIème c’est comme Cannes toute l’année. Donc aucun intérêt.
Il y a ceux qui jouent un peu de musique, ils ne feront jamais la « Star-Ac » c’est sûr. Il y a ceux qui, une bouteille à la main refont le monde, ils prennent beaucoup de place sur le trottoir, leurs gestes sont amples et désordonnés, leurs mots se bousculent, ils font presque peur aux enfants. Je ne suis pas sûr qu’avec autant d’alcool leur monde soit meilleur et les effluves qui les entourent n’arrangent sûrement pas la couche d’ozone…
Et il y a ceux qui ne font plus rien. Ils sont assis là, à même le sol, un vieux carton fait souvent office de siège, de table, de lit… Ils dorment, emmitouflés dans des chiffons, des bouts de couverture. Ils sentent mauvais, ils sentent l’abandon. Les plus chanceux ont des doudounes. Oui de vraies doudounes qui en des temps anciens arboraient des teintes vivent, fluo, phospho, Flashies. Elles s’exhibaient avec fierté sur les pentes de Courchevel.
Ces doudounes là n’ont plus de couleurs. Elles aussi ont perdu leur fierté. Le grisaille de leur nouvelle vie, les souillures de la rue s’imprègnent et envahissent tout.
Et puis il y a le métro, le R.E.R, c’est là que l’on voit le Parisien (ne) de tous les jours, celui ou celle qui rentre du boulot, celle pour qui tout le parcours est programmé, « il ne faut pas rater la correspondance sinon la nounou va s’inquiéter, le repas ne sera pas prêt, le bambin pas encore couché et la journée trop longuement prolongée. Alors on court, on court toujours…

Et oui c’est ça Paris, tout ce petit monde entouré d’une ceinture et protégé par quelques portes, envahit toute l’année d’autobus des quatre coins du monde, d’amoureux qui s’bécotent sur les bancs publics, de jeunes bacheliers qui refont le monde (eux aussi) au chaud dans un petit troquet avec des fringues « fashions » et des parfums agréables, de balayeurs qui inlassablement passent et repassent les trottoirs qu’ils doivent nettoyer. Des policiers qui inlassablement passent et repassent dans les rues qu’ils doivent karchériser. Des putes qui… Là c’est pas vrai les filles ne sont plus là, ou alors plus discrètes ou carrément absentes enfin je sais pas. Je ne suis sûrement pas allé dans les bons quartiers. Les Parisiens doivent avoir leurs secrets…

Ce bref récit d’une journée dans Paris, je vous le fais partager. Et malgré toute cette misère, cette solitude, cette indifférence. Paris restera encore la plus belle ville du monde.

Mais ne soyez pas tristes, vous qui habitez la Province, sachez apprécier cette douceur de vivre, ce côté « village » de certains endroits, la convivialité d’une partie de pétanque autour d’un bon Pastis. Prenez le temps de vivre. Nous avons aussi les plus belles Provinces du monde…

En cette soirée de la St Silvestre, vous allez comme moi réveillonner avec vos amis, votre famille, sûrement au chaud dans une atmosphère embuée de Champagne. Alors aux douze coups de minuit pensons à souhaiter une bonne année à toute la planète.

copiedeplacedesgrandshommes.jpg

Place des Grands Hommes


Peter Pan.

 


3 réponses
  1. Infos
    3 novembre, 2007 | 19:45 | #1

    je te remercie pour ces imgaes ! ;)

  2. corinne
    1 février, 2008 | 0:11 | #2

    coucou phil bravo les photos magnifiques, celle des sans abri, aux bords de la Seine, et surtout le commentaire incroyablement fait, sur paris et ses trottoirs et ses gens si spéciaux !! dingue cette vie de parisien moi je ne l’envie pas je suis bien chez moi !! encore bravo ;o)

  3. mathieu
    19 novembre, 2010 | 14:29 | #3

    Ahhh Paris!! Une ville vraiment magnifique!
    Pour y avoir vécu des dizaines d´années, j´avoue que c´est une ville merveilleuse. Malgré certains désagréments, j´en garde un souvenir impérissable et je me surprend souvent à regretter ce bon temps…

Laisser un commentaire

Buenos Aires 2007 |
Les Provinces Maritimes [ét... |
Matthiou en Norvège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carnet de route...Clémence ...
| carnet de voyage en argentine
| Merzouga Desert - Maroc